Les Docs de l'Actu (hors-série)
Les 50 personnalités du Nord-Pas-de-Calais

Généalogie de la famille Boez - Lefebvre

 

           

                                              
Document en PDF - Page 1/2                    Document en PDF - Page 2/2


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


- Henriette Moriamé -

Une résistante de la Première Guerre Mondiale


--> Née le 22 mars 1881 à Saint-Waast-la-Vallée (Nord)

--> Décédée le 24 août 1918 à Maffles (Belgique)

           Henriette Moriamé se trouvait seule dans la maison familiale lorsque les Allemands ont attaqué son village en août 1914 (photo : Vincent Boez).
 

           Henriette Moriamé est âgée d’une trentaine d’années lorsqu’éclate la Première Guerre Mondiale. C’est une jeune femme grande, intelligente, énergique et généreuse. Alors que le Nord est occupé par les Allemands en 1914, elle devient résistante. Au cours d’une attaque allemande à Saint-Waast-la-Vallée, Henriette accueille des soldats britanniques blessés. Elle est aidée par Louise Thuliez, une institutrice également résistante, et par ses cousines Lucienne et Pauline. Henriette Moriamé met toute son énergie au service des soldats alliés. La nuit, avec ses complices, elle transporte les militaires, notamment vers le château de Bellignies, propriété des princes de Croÿ. La princesse Marie de Croÿ et Louise de Bettignies (lire page 5) participent elles aussi à ces opérations risquées. Mais en 1914, le château affiche complet. Henriette Moriamé utilise alors un réseau d’évasion qui conduit les soldats jusqu’en Belgique. Les militaires sont équipés de vêtements civils et de faux papiers d’identité. Cette « route » fonctionne jusqu’en juillet 1915. A la fin de ce mois-ci, Louise Thuliez, Louise de Bettignies, la princesse de Croÿ et plusieurs autres résistantes sont arrêtées par les Allemands et emprisonnées. Henriette Moriamé, elle, échappe à cette arrestation. Elle reçoit la Légion d’honneur et la Croix de guerre. Après ces évènements, la jeune femme, d’une piété profonde, décide d’entrer au couvent. Henriette Moriamé s’éteint 2 moins avant l’armistice de 1918, à l’âge de 37 ans.


Le saviez-vous ?

Le film Nurse Edith Cavell, réalisé en 1939 par le cinéaste britannique Herbert Wilcox, raconte l’histoire de l’infirmière Edith Cavell. Celle-ci faisait partie du réseau d’Henriette Moriamé et de ses complices. Elle hébergeait les soldats blessés dans sa clinique avant de les envoyer en Belgique. En quelques mois, ce groupe de femmes a réussi à faire passer plus de 150 soldats blessés dans les rangs alliés. Le film rend hommage à ces résistantes, un peu oubliées de l’histoire.

 

Page précédente

Contact : vincent.boez@laposte.net