Gommegnies (Nord)

Généalogie de la famille Boez - Lefebvre

 


Historique : Le nom de Gomenie apparaît pour la première fois au début du XIIème siècle. Mais Gommegnies était probablement une station romaine, la commune étant traversée par la chaussée romaine reliant Bavay (Bagacum) à Verma
nd. Plusieurs tombeaux gallo-romains y ont d'ailleurs été découverts, renfermant des monnaies et plusieurs objets divers. Les seigneurs de Gommegnies étaient puissants, et participaient souvent aux combats féodaux de Hainaut. Ils ont été faits comtes au cours du XVIIème siècle. D'ailleurs, ils figurent à la promulgation de la Grande Charte du Hainaut, solennellement jurée à Mons par Baudouin de Constantinople, en 1200. Le village a été brûlé par le Duc de Normandie en 1340 et saccagé par les Français en 1359, les seigneurs de Gommegnies s'étant alliés avec Edouard III, Roi d'Angleterre. 
L'église remonte au XVIème siècle, mais elle a été restaurée plusieurs fois et notamment en 1635, après avoir été incendiée par des partisans. L'ancien château seigneurial datait du milieu du XVème siècle et certaines parties ont été conservées. Capitale des sabotiers au XIXème siècle et au début du XXème, le village comptait bon nombre d'entreprises liées au secteur du bois. D'autres activités traditionnelles étaient présentes : brasseries, moulins, fermes, etc.
Gommegnies comptait plus de 3 500 habitants à la fin du XIXème siècle, de 1870 à 1900
, soit plus que Bavay (2 800 habitants environ) et presque autant que Le Quesnoy, le chef-lieu du canton. Elle en compte désormais un peu plus de 2000. A la lisière de la forêt de Mormal, la plus grande du département du Nord, le village s'étend sur près de 1 600 hectares. Sa particularité est son étendue : elle compte une quarantaine de kilomètres de rues, de la forêt de Mormal, à Carnoy, jusqu'au nord et à l'ouest en direction de Valenciennes et de Le Quesnoy. La commune est arrosée par l'Aunelle, affluent de l'Escaut. Cette rivière prend sa source dans la forêt de Mormal, au lieu-dit "La Fontaine Pierrette". Plusieurs ruisseaux traversent Gommegnies : des Bultaux, l'Herpion, des Près Massin et de Carnoy. Plusieurs personnalités plus ou moins célèbres y sont originaires : Célestin Hennion, préfet de Police et créateur des Brigades du Tigre ; René Jouglet, écrivain ; Gaston Basilaire, commissaire de Police, résistant et co-fondateur de la Voix du Nord.

 

 

 

A gauche : Grand'Rue, au centre du bourg. A droite : lieu-dit "Le Cheval Blanc", à la lisière de la forêt de Mormal.

   

A gauche : l'église de Gommegnies. Au milieu : rue du centre. A droite : Célestin Hennion, né à Gommegnies en 1862, Préfet de Police de Paris, créateur des "Brigades du Tigre" et maire de Gommegnies de 1908 à 1913.

 

A gauche : la chapelle du Triez et l'école des filles. A droite : la Grande Place (début des années 1900).

 

A gauche : la rue du Centre, au début du XXème siècle. A droite : la place de la Gare de Gommegnies, vers 1910.

 

A gauche : place de la gare en 1905. A droite : rue de la Gare (années 1900).

 

A gauche : la cabane des Sabotiers. A droite : rue d'En-Haut à Gommegnies-Carnoy. rue d'En-Haut à Gommegnies-Carnoy.

 

A gauche : le moulin du Cheval Blanc, situé le long de la Chaussée Brunehaut reliant Bavay à Le Cateau, à la lisière de la forêt de Mormal. A droite : photo d'une des nombreuses brasseries installées sur le territoire de Gommegnies.

 

A gauche : la rue d'En-Haut. A droite : la rue des Ecoles, dans les années 1900 ou 1910.

 

Page précédente

Contact : vincent.boez@laposte.net