Saint Waast la Vallée (Nord)

Généalogie de la famille Boez - Lefebvre

 


Historique : Il est fait mention de Saint Waast la Vallée, village du canton de Bavay, dès le début du XIVème siècle. En effet, la Tour féodale du Bois, dite "Del Cense", encore visible aujourd'hui, aurait été édifiée par Bauduin V, Comte de Hainaut, vers 1170, comme celles de Beaufort et de Beaumont. Le bâtiment était destiné à renforcer la frontière menacée par les seigneurs d'Avesnes. Le village était divisé en plusieurs fiefs : la Tour au Bois, le château de Rametz et le fief de Criauleux (qui appartenait à mes ancêtres, de la famille De Hougoubart, originaire de Valenciennes). Le château de Rametz, construit au XIIIème siècle, est situé au sud du territoire, le long de la route reliant Bavay à Le Quesnoy. Il constitue l'un des plus beaux châteaux de l'arrondissement d'Avesnes sur Helpe. Certaines parties datent du XVIème siècle.
Le village est surtout connu grâce à Antoine Moneuse, né en 1768, où il vivait. Ce bandit terrorisait toute la région de Bavay et a été guillotiné à Douai en 1798. Le village a connu un essor important dès la fin du XIXème siècle, avec de nombreuses fermes, une carrière et un atelier de polissage de marbre (qui appartenaient à mes ancêtres, de la famille Moriamé, originaire de Barbençon près de Beaumont en Belgique), des carrières de sable, une sucrerie, une scierie, une brasserie, une fabrique de chandelles, etc.
Après la Première Guerre Mondiale, la commune reçu la Croix de Guerre 1914-18, grâce aux opérations menées par les résistantes Louise Thuliez et Marie Henriette Moriamé, et à la mobilisation des villageois. Aujourd'hui, Saint Waast la Vallée est un village paisible de 650 habitants.

 

 

   

A gauche : entrée du village, au début du 20ème siècle, en venant de Bavay et Maubeuge. La place de Saint Waast est en bas de la côte, à gauche. Les deux maisons à droite n'existent plus depuis plusieurs dizaines d'années (mes grands-parents, Bernard Lefebvre et Simone Ladrière y ont vécu quelques mois, à la fin des années 1950, avant d'habiter à Maubeuge). A droite : la Grande Rue (ancienne N49) vers 1900, après le pont, en bas de la côte, qui traverse la rivière de Bavay (qui rejoint l'Hogneau). Après la première maison à droite (celle de mes arrière grands-parents, Charles Lefebvre et Elisabeth Moriamé ; à l'origine, cette ancienne ferme appartenait à mes arrière arrière arrière grands-parents, Hector Alhant et Elisa Cappeliez, puis à Ernest Moriamé et Julia Alhant, mes arrière arrière grands-parents), le Vieux Chemin permettait de rejoindre Bettrechies par la ferme de la Tour au Bois (aujourd'hui, la route n'existe plus car elle a été coupée par l'actuelle voie rapide rejoignant Valenciennes à Maubeuge) et La Flamengrie (cette route existe toujours). La maison située au niveau du mur blanc, sur la gauche, appartenait quant à elle à mes arrière arrière arrière grands-parents, Camille Moriamé et Alice L'Hussier. C'est là qu'en 1914, Marie Henriette Moriamé a accueilli des soldats anglais avec l'aide de Louise Thuliez. Durant quelques dizaines d'années, cette maison a servi de marbrerie. Elle a appartenu ensuite à Lucienne et Pauline Moriamé, qui ont divisé la maison en trois parties : la première pour elles ; la seconde pour leur cousine Claire Mirland, épouse de Nestor Carlier, capitaine de cavalerie décédé lors de bombardements américains à Chamant, dans l'Oise ; la troisième pour leur cousine Paule Mirland, soeur de Claire, mon arrière grand-mère, épouse de Charles Goffart.

   

A gauche : l'église Saint Pierre, construite en 1747, puis reconstruite au XIXème siècle après la révolution. On aperçoit le calvaire, adossé à l'église, et l'ancienne école du village, à gauche de l'église, qui a été détruite lors des bombardements de la Première Guerre Mondiale. A droite : le Pavé de Valenciennes, vers 1910. Même carte postale que la précédente, mais un peu plus récente. Une nouvelle maison a été construite au coin entre la Route Nationale et le Vieux Chemin.

      

De gauche à droite : la Tour au Bois vers 1900, entre Saint Waast la Vallée et Bettrechies, qui daterait du XIIème siècle ; différentes vues du village ; cheminée du château de Rametz, qui daterait de l'an 1300 ; la Tour au Bois, dite "Del Cense", vers 1920. 

   

A gauche : l'église Saint Pierre et l'école du village, à gauche, détruite lors des bombardements de la Première Guerre Mondiale. A droite : la gare Saint Waast - La Flamengrie, à l'ouest de la commune, sur la ligne reliant Maubeuge à Valenciennes par Bavay, créée en 1880 (historique chronologique des chemins de fer européens au XIXème siècle : http://www.train.eryx.net).

   

A gauche : la mairie de Saint Waast la Vallée, au début du XXème siècle. Sur la place Louise Thuliez, prestation d'une fanfare militaire. A droite : une vue du village, de l'entrée venant de Bavay et Maubeuge. On y aperçoit l'église, au fond à droite.

   

A gauche : portrait d'Antoine Moneuse, célèbre bandit du Hainaut qui sévissait dans les environs de Bavay. A droite : la fanfare de Saint Waast la Vallée vers 1900, devant la mairie.

   

A gauche : le château de Rametz, entre Saint Waast et Bavay. A droite : vue de l'est du village, prise de la voie ferrée reliant la carrière de Bettrechies à Bavay puis Maubeuge.

   

A gauche : l'église Saint Pierre, construite en 1747. A droite : autre vue du village (derrière l'ancienne marbrerie de la famille Moriamé, située route nationale).

   

A gauche : les cloches de l'église réinstallées en mai 1921. A droite : la gare de Saint Waast la Vallée - La Flamengrie, située entre les deux villages. Elle sert aujourd'hui d'habitation.

  

A gauche : entrée du château de Rametz, près de Bavay. A droite : les écoles de Saint-Waast, à l'entrée du village venant de Valenciennes et de La Flamengrie.

   

A gauche : vue de Saint Waast, en venant de Valenciennes et de la ferme dite "Mirland", où ont habité mes arrière grands-parents, Charles Goffart et Paule Mirland, et mes arrière arrière grands-parents, Paul Mirland et Céline Carlier. A droite : le château de Rametz, érigé par un grand seigneur espagnol.

 

Page précédente

Contact : vincent.boez@laposte.net